1903 la marche du Petit Matelot

Paris 1903, depuis le début de l’année la mode est aux épreuves de marche plus ou moins longues organisées par les journaux parisiens ; le Matin, le Vélo, le Monde Sportif, l’Auto…chacun y va de sa compétition.

Après la marche des Boursiers, des Banquiers, de la Nouveauté (magasins d’habillement), des employés de la Bourse de commerce, des Chansonniers, des Transports, des Midinettes (couturières)…En novembre l’Auto organise une marche intercorporations avec le contrôle technique de l’U.S.F.S.A, ouverte à tous les hommes « excepté à ceux qui ont véritablement fait preuve de professionnalisme avéré » . Inscription : 1 franc.

La distance voulue par les organisateurs est de 40 km et reprend en partie le parcours du marathon amateurs qui a eu lieu le mois précédent : départ pelouse de Bagatelle au bois de Boulogne, Suresnes, Rueil, Chatou, St Germain, Marly, Versailles, St Cloud, arrivée au Parc des Princes.

Personne ne s’attendait à un tel engouement, 4348 inscrits appartenant à plus de 100 corporations et à 71 équipes de sociétés ou d’entreprises différentes.

C’est donc un succès pour l’Auto et Henri Desgranges quatre mois après le premier Tour de France cycliste.

Aussi, quand le propriétaire du magasin d’habillement parisien « le Petit Matelot » proposa d’allouer dix mille francs à l’épreuve, on n’hésita pas à renommer celle-ci  : « la Marche du Petit Matelot ». Le sponsoring faisait ses débuts dans le sport populaire. Une chaussure était même créée pour l’occasion en vente au Petit Matelot au prix de 9,50 francs : « Ce soulier a la particularité d’avoir une tige d’une seule pièce avec un simple bout de pied et un talon un peu surélevé qui laisse cependant la plante du pied bien à plat, malgré sa grande légèreté, ce soulier pourvu de placages de bois superposés, est d’une grande résistance et ne peut se percer. »

C’est une véritable épreuve de marche longue distance ; 225 commissaires sont présents pour assurer l’organisation des contrôles et pour suivre les marcheurs. Chaque participant est porteur d’un dossard ou plus exactement d’une chasuble de toile avec un numéro d’ordre. La distribution avait commencé l’avant-veille, cette opération nécessita trois jours, les derniers dossards étant distribués de 9 h à 10h30 le jour même.

De nombreux prix sont prévus pour les premiers ainsi qu’un challenge par équipes.

Au premier : 2000 francs, au deuxième : 1000 francs, au troisième : 500 francs…..au centième : 10 francs.

Le départ est donné le dimanche 8 novembre à 11 heures pelouse de Bagatelle devant 50 000 spectateurs. Pour assurer le service d’ordre, gardes républicains à cheval, gendarmes, gardiens du bois et tous les agents disponibles avaient été mobilisés.

Beaucoup d’inscrits ne se sont pas présentés, 40 km c’est long ! Il y a quand même 3800 concurrents sur la ligne de départ, répartis dans des sas par nombre de 300.

Pas moins de 500 000 personnes tout au long du parcours pour voir et complimenter les concurrents, c’est le nombre de spectateurs annoncé dans la presse parisienne.

Les marcheurs sont accompagnés de centaines de cyclistes, d’entraîneurs, et quelques voitures automobiles, soit une cohorte de près de 10 000 personnes qui s’ébranle malgré un épais brouillard.

Au premier contrôle à Rueil-Malmaison ; 6,500 km, 3721 marcheurs sont passés.

Au Pont-de-Chatou, 9,400 km, ils sont 3486 contrôlés, 10 km et déjà plus de 300 abandons, en 4e position Émile Fantou, pourtant considéré comme un professionnel, quelques jours après cette marche du Petit Matelot, Émile Fantou réalisera 1 h 28 min 10 s sur 20 km sur la route du Bord-de-l’Eau à Billancourt, épreuve organisée par la Fédération des Sociétés Athlétiques de France, cette performance sera considérée comme un record du monde (pro). Émile Fantou le mois suivant en décembre 1903 battra le record de France de l’heure à la marche avec 12,250 km sur la piste de la Société Athlétique de Montrouge à Gentilly. Précédent record : 11,273 km. Émile Fantou sera six fois champion de France professionnel.

Le Vésinet, 11e km ; Ch. Laurens qui était en tête depuis le départ est dépassé par P. Schmidt, Fantou est 3e.

Fantou en tête à St Germain ; 14,300 km suivi de Schmidt et Laurens. Émile Anthoine est 17e , en septembre de cette même année Émile Anthoine terminait 2e de la course Paris-Reims, 173 km et en octobre 3e de Bordeaux-Paris, 600 km, Émile Anthoine est le créateur de Paris-Strasbourg à la marche.

A St Germain, 2500 marcheurs sont contrôlés.

Un concurrent d’une dizaine d’années

            

Port-Marly, 16,600 km ; Émile Fantou passe le premier à 12h33, il est accompagné « entraîné » par Édouard Cibot le vainqueur de Paris-Reims, qui huit jours plus tard le 15 novembre, sera 2e du championnat du monde des 50 miles (80,467 km) sur la piste du stade Buffalo à Neuilly en 6 h 23 min 28 s.

Marly-le-Roi, 18,400 km ; Débalisage ! Des flèches de direction ont été arrachées, des bénévoles sont postés aux carrefours en catastrophe. Fantou est toujours en tête.

Rocquencourt, 22,475 km ; Fantou passe à 13h15, Schmidt suit à 150 mètres.

Versailles, 27,075 km ; Dans l’ordre : Fantou, Schmidt, Couratin, Harlet, Suzan, Barroy

A Ville-d’Avray les positions ont changé en tête de l’épreuve ; Couratin est le premier suivi à 1 min de Harlet, puis Barroy, Schmidt, Laurens, Figniez…Fantou est 10e, Émile Anthoine n’est plus dans les premiers.

Harlet passe en tête à St Cloud au milieu d’une foule compacte qui hurle, acclamant le futur champion, il ne sera plus rejoint.

Il passe la ligne d’arrivée au Parc des Princes en 3 h 58 min.

F. Harlet est le fondateur du Cercle Pédestre du Petit-Quevilly près de Rouen.

Les 10 premiers :

1er : 3 h 58 min : F. Harlet (chemins de fer d’État, administration) Club Pédestre Quevillais

2e : 3 h 59 min : Couratin (Cambron, ameublement) Paris Athlétic Club

3e : 4 h 00 min : Georges Barroy (Boulot, cycles et auto) Union des Sports de Paris-Belfort

4e : 4 h 01 min : Ernest Figniez (Masson, produits chimiques)

5e : 4 h 01 min 30 s : Ch. Laurens (Crédit Lyonnais, finance)

6e : 4 h 03 min : L. Salesse (Salesse, habillement)

7e : 4 h 03 min : P. Schmidt (Haquin, métallurgie)

8e : G. Morice ( imprimerie nationale)

9e : M. Descieux (Lecanu, taille-douce, arts)

10e : H. Suzan (Caudel, nouveautés)

58e : Émile Fantou (Salmor, alimentation), 23 ans

109e : 4 h 15 min : Albert Chatelain (Paris-France, nouveautés) 15 ans, le plus jeune classé

111e : Émile Anthoine (Roger, produits chimiques), 21 ans

Challenge équipes « Armes et Sports  » sur les six premiers marcheurs :

1re : Crédit Lyonnais

2e : Postes et Télégraphes

3e : Galeries Lafayette

4e : Le Louvre

5e : Rémond et Co, nouveautés

Le premier, F. Harlet a réalisé 3 h 58 min pour 40 km. En 1903, le record du monde sur piste est détenu par Willie Franks en 3 h 35 min 14 s (pro) le 28 août 1882 et de 3 h 53 min 35 s par W. Coston (amateurs) le 27 décembre 1880.

La marche du Petit Matelot :

4348 inscrits

3800 partants

1437 arrivants

Émile Fantou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *