Alexandra Rannou, une grosse saison 2016

dsc05581 dsc05582

Alexandra Rannou est une finistérienne qui a gouté le temps d’une saison 2016 au trail longue distance, en terminant seconde du challenge Ouest Trail Tour. Cette fanatique du cyclisme revient sur sa saison …

L’OTT était un challenge à se fixer ?

L’OTT n’était pas un objectif en 2016 mais ce challenge s’est présenté après ma 2è place à Guerlédan. J’avais participé au trail de l’Aber Wrach en duo féminin en avril avec Valérie Massé, une copine. Ensuite, effectivement en 2015 j’avais participé aux 26kms de Guerlédan et j’avais beaucoup apprécié le circuit en terminant 4è juste derrière Léna Chollet.

Il faut dire que j’en avais un peu marre d’entendre Thierry Le Floch me dire que je faisais que des courses « enfant » et que je devrais passer sur une plus grosse distance. Alors j’avais décidé de préparer le 56kms de Guerlédan. Patrick Le Du et Sébastien Kirche, les copains du club, d’ailleurs maintenant les deux co-présidents de Courir à Coray ont également décidé d’y participer et nous voilà donc partis pour une prépa à trois sur 12 semaines concoctée par Patrick. Le jour de la course j’ai été agréablement surprise de me retrouver pendant 30kms avec Elise, même si je savais que la prépa avait été bonne (d’ailleurs mes deux compères d’entrainement ont très bien fini aussi !). Le résultat était là avec une très grande émotion à l’arrivée. Finir deuxième derrière Elise, une très grande championne, était très fort émotionnellement.

Suite à ma deuxième place , je me suis dit pourquoi pas continuer le challenge et d’essayer de faire au moins quatre courses. J’ai donc terminé le trail du Bout du Monde, le Trail du Scorff et Moncontour.

Sur le challenge Armor Argoat j’avais beaucoup progressé au contact d’Anne Bertrand et sur l’OTT, j’essaye de suivre Elise mais c’est dur !! Ce challenge aussi m’a permis de faire la connaissance de Céline Lefeuvre, Pélagie Olivier, Myriam Gallet, des sportives formidables !!

Ca a changé toute ta façon de programmer tes entrainements, de préparer ta saison, tes compèts, la vie de famille ?

On va dire que ce n’était pas tous les jours faciles de s’entraîner entre la famille, les enfants , le boulot. En plus, Marc, mon mari fait également du vélo et s’était programmé quelques raids vtt comme la Pyr Epic en septembre. Du coup il a vraiment fallu s’organiser avec nos entrainements respectifs pour que tous les deux nous trouvions notre compte, ainsi que les enfants. On se croisait beaucoup à la maison… D’ailleurs beaucoup de personnes sont surprises que nous ne roulions que rarement ensemble en vélo : et oui il faut bien quelqu’un pour garder les enfants !! On va dire que Maureen et Raphael grandissent, ça devient plus facile et qu’ils aiment beaucoup nous accompagner quand c’est possible. On a également de la chance d’avoir nos deux familles proches pour nous aider.

Au niveau entrainement, oui cette année j’ai fait beaucoup plus de fractionné que les années précédentes (une séance par semaine au lieu d’aucune..). On va dire qu’avant je courais pour courir et là je courais pour progresser. J’ai un mercredi sur deux de repos donc ce jour là en pleine prépa, je faisais du bi-quotidien, j’allais faire ma sortie de 3h de vélo le matin (comme quoi l’école le mercredi matin a des avantages..) et ensuite le soir je retournais avec le club courir. J’arrivais à des semaines de 10h/11h d’entrainement sur 5 jours avec à chaque fois une grosse sortie de vélo sur route. Je pense que ce n’est pas énorme mais cela me convient et je ne pourrais pas en faire plus de toute façon. Je me dis souvent que les journées sont trop courtes !

Avec cette saison, tu as l’impression d’avoir bien travaillé ?

Oui cette année j’ai bien travaillé et progressé. Je retiens plusieurs grosses séances d’entrainement avec les copains comme nos sorties au Stangala, les sorties vélo et début mai une séance de 3h en course à pied entrecoupée de la course Elle et Lui à Quimper avec Sébastien. Je me rappelle que ce jour là on nous regardait avec des grands yeux : on s’échauffait avec nos camelbak et après la course, les bénévoles finissaient de démonter les barnums et nous on courait toujours ….

En novembre, je retiens également ma sortie Vtt avec Marc à la rando Vanille à Rosporden pour préparer Moncontour .Ce jour là après la rando , on était rentré en vélo à la maison et j’avais tout fait dans sa roue. Je me disais qu’il était temps que Moncontour arrive car la saison avait été longue. Merci aux copains de s’être levés si tôt pour venir m’encourager au Menestrail !! Ca booste le moral ! Merci également à Patrice Gloux de Sobhi sport Quimper pour ses conseils avisés !!

Des envies de continuer dans ce sens, ou de reduire ou d’aller chercher encore + gros ?

C’est grâce au cadeau offert par les organisateurs du challenge Armor Argot, une participation au trail de l’Arc en ciel à la Réunion en juin 2015 que je me suis rendue compte qu’en fait j’étais capable de finir une course de 64kms. Je ne sais pas si je vais repartir cette année sur ces grosses distances, je sais juste qu’une grosse course nous attend pour la récompense du challenge OTT .De là, je verrai mon programme ensuite. Comme dit mon mari, y a deux ans je disais que je ne ferai jamais des 50kms en trail et cette année j’y suis alors …Pour les plus grosses distances, ce ne sera pas dans l’immédiat, cela demande trop de sacrifices au niveau familial.

Par contre pourquoi pas participer à quelques cross l’an prochain, je pense que ça me plairait bien mais le problème c’est qu’à cette période de l’année j’aime bien couper un peu.

Au club tous les copains et copines préparent des 10kms, des semi et cela me donne forcément envie. Je ne sais même pas combien je vaux sur un 10kms. J’ai du mal avec le chrono, je ne me prends pas du tout la tête avec cela, peut-être mon défaut d’ailleurs. Mais comme il y a une superbe ambiance entre nous tous au club, je trouve dur de ne pas être plus souvent avec eux sur ce genre de courses.

Toi aussi tu es une ex cyclo  ? ça t’aide dans tes prépas ? 

Oui je viens du cyclisme, mais je n’ai jamais été professionnelle .J’ai eu la chance d’avoir un contrat d’emploi jeune dans un club de vélo, le Vélo Sport Quimper, ce qui m’a permis de faire des belles courses durant 5 ans (Tour des Flandres, Tour de l’Aude, Grande boucle féminine, Tour du Québec, plusieurs coupes du monde..) .J’ai également été dans une équipe UCI , l’équipe des Pruneaux d’Agen mais nous n’étions pas payées. On nous remboursait nos billets de train, d’avion et l’hôtel ou autre hébergement étaient pris en charge. Voilà, c’est important de connaître la réalité des choses. Chez les dames, le cyclisme en France n’est pas encore professionnel mais pense que j’ai connu les plus belles années, quand on voit toutes les courses à étapes qui ont disparues..

Le vélo m’aide énormément dans ma prépa. J’essaye de faire une grosse sortie de 3h par semaine, généralement le samedi matin.

Quelques idées de sorties à faire en vélo dans le cadre de prépa longue ?

Dans le cadre d’une préparation longue en trail, je recommanderai de faire une grosse sortie de vélo route une fois par semaine, vallonnée, afin de travailler la puissance dans les bosses et de monter celles-ci assises. Ne pas rechercher la vitesse mais garder une faible fréquence de pédalage dans les bosses afin de ne pas faire monter le cœur.

Moi je ressens le besoin de faire du vélo car faire seulement des séances de course à pied me fatiguent. Si le temps ne le permet pas, je peux également très bien remplacer ma sortie par une séance de home trainer d’une heure en alternant la position assise et en danseuse, en recherchant toujours le travail de puissance.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *