André Giraud, nouveau président de la FFA

55861587bb4e2dcfb2072e69457e90c5_l

André Giraud a été élu samedi 17 décembre 2016 président de la Fédération française d’athlétisme (FFA) en remplacement de Bernard Amsalem, emblématique patron de l’instance durant seize ans, mais dûment critiqué par la base depuis quelques années.

André Giraud, jusqu’ici vice-président de la FFA et âgé de 69 ans, a emporté cette élection avec 67,81 % des suffrages face à l’autre candidat en lice, Marcel Ferrari, président de la Ligue Auvergne-Rhône-Alpes.

 Le nouveau président, également président de la Ligue de Provence et du club marseillais du SCO Sainte-Marguerite, a annoncé durant sa campagne vouloir « resserrer les liens entre les clubs et la Fédération ». Il avait aussi plaidé pour « le développement de toutes les pratiques et la reconnaissance du bénévolat ». Il compte ainsi mettre l’accent sur « l’athlétisme-loisirs », dont la marche nordique, une pratique en plein essor. Pour lui en 2017, il faut réinventer un nouvel athlétisme français.

A travers cela, quelques axes de réflexion, et notamment dans les finances :

  • Définition d’une politique tarifaire permettant la stabilisation du montant des cotisations clubs et favorisant les politiques locales de développement.
  • Renforcement du contrôle de gestion au sein de la fédération, et une meilleure maîtrise des « choix » afin de dégager des excédents permettant de financer des investissements d’avenir sur la durée
  • La Mutualisation d’une part des ressources fédérales, régionales et départementales pour accompagner le plan de développement et la nécessaire structuration des Clubs, Ligues et Comités doit être un sujet de réflexion prioritaire

Mais, selon lui, ce qui caractérise le mieux l’athlétisme, c’est l’organisation d’événements qui est « l’ADN de la fédération ». Et la question actuelle est de « rentabiliser les compétitions qui entraînent une visibilité et des partenaires. Mais sans événement de proximité, sans implication locale forte, pas de dynamisme local, pas de nouveaux adhérents et pas d’ancrage durable. Les uns ne peuvent fonctionner sans les autres ».

Propos de André Giraud : L’organisation d’événements est l’affaire de tous. Ils font partie de notre ADN. C’est véritablement l’expression de la vie de nos structures, de nos adhérents et de tous les amoureux de notre sport. Nos événements nous rendent fiers, ils nous mobilisent, ils nous donnent un but, ils nous permettent d’être reconnus pour notre savoir-faire. Sans événement et sans compétition, l’athlétisme ne serait pas ce qu’il est devenu aujourd’hui. Ils nous permettent de renforcer nos liens avec les collectivités et les décideurs locaux. C’est donc un enjeu très fort pour la vie des clubs, des comités et des ligues. La question qui se pose aujourd’hui, c’est bien sûr la rentabilité de ces événements et notamment des grands événements. Sans eux, pas de partenaires, pas de visibilité. Mais sans événement de proximité, sans implantation locale forte, pas de dynamisme local, pas de nouveaux adhérents et pas d’ancrage durable. Les uns ne peuvent fonctionner sans les autres. C’est une question d’équilibre et de cohérence entre chaque type d’événements.

Accès clubs

La formation et une organisation véritablement dédiée à l’accompagnement des clubs et des structures sont pour André Giraud la clé de la réussite.

Il ne s’agit pas d’imposer aux clubs des modèles mais bien d’aider chacun à trouver un équilibre pour améliorer son fonctionnement au quotidien et pour lui permettre d’être toujours un acteur incontournable sur son territoire.

Actions-clés

  • Développement des pratiques non compétitives (sport santé…) permettant de répondre aux attentes du plus grand nombre par la structuration des Clubs et des structures déconcentrées. Etre un acteur dans les évènements de running français. Ce qui permettra de donner de la visibilité aux partenaires de la FFA
  • Création d’une licence à durée déterminée (1 jour / 1 week-end)

 

 

Et c’est sur ce dernier point que s’arrête running.bzh : la licence à la journée ! Qu’est ce que cela veut dire ?

Entre les lignes, cela voudrait dire que pour courir un évènement de type course à pied en France, chaque organisation exigerait la licence au participant. Et donc un droit (financier) supplémentaire pour l’organisateur, et par conséquent pour la Fédération Française d’Athlétisme.

Il va falloir surveiller de très près les nouveaux enjeux de la FFA, qui devrait s’intéresser au running, et à ces nouveaux évènements (course obstacle, color run, trail …). Et notamment comment elle va imposer son modèle auprès des clubs, et du running français.

A lire l’intéressant article de spe15.fr (Gilles Bertrand) qui décrit dans un article très bien rédigé l’ascension d’André Giraud.

La composition du nouveau comité directeur pour 4 ans


André Giraud
Anne Tournier-Lasserve
Daniel Arcuset
Patricia Zuger
Jean Thomas
Isabelle Canet
Laurent Boquillet (président du nouveau club athlétisme du Mans, et consultant pour une société évènementielle belge en contrat avec la FFA)
Carima Louami
Jean-Marie Bellicini
Martine Prevost
Christian Roggemans
Christine Virlouvet
Michel Huertas
Christine Mannevy
Jean-Yves Le Priellec
Valérie Saillant
Jean-Jacques Godard (Président du hors stade français)
Maryse Le Gallo (Pays de L’Orient Athlétisme)
Eric Albert
Catherine Arcuby
Pierre Hertert
Odile Diagana (femme de Stéphane Diagana)
Alain Martres
Valérie Pasquier
Didier Vareecke
Isabelle Baroteaux
Marcel Ferrari (président qui s’est présenté et non élu)
Chantal Séchez
François Vigneau
Bénédicte Roze
Alain Talarmin (Iroise Athlétisme)
Nadine Gobert
Alain Gouguet
Geneviève Meurisse
Daniel Josien
Mélanie Skotnik
Pierre Mournetas (speaker Auray-Vannes, St Pol Morlaix…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *