Semi Auray Vannes- plus mauvais chiffre en nombre de participants

IMG_3047 IMG_3026

Suivons une nouvelle fois cette année la descente aux enfers (ou pas) des semi-marathons en Bretagne.

Cet après midi, c’était le semi Auray Vannes, avec seulement 2842 arrivants (chiffres fournis par le chronométreur). C’est le plus mauvais chiffre en 44 ans d’édition.

Ce qui est étonnant c’est que sur les marathons français la tendance n’est pas la même. Il n’y a pas de chute vertigineuse du nombre de finishers.

Pourquoi les semi-marathons s’inscrivent ils désormais à la baisse depuis 3/4 ans ? Es-ce le trail court à lui tout seul qui fait des dégâts ? Es-ce un problème de tarification ? Es-ce l’abondance du calendrier des compétitions ? Les coureurs ont ils de plus en plus basculés vers la course nature, trail court, trail long, ultra ? Ou es-ce un problème lié à un non renouvellement de parcours, d’animations (toujours le même parcours …) ?

La course sur route peut-elle se réinventer ?

 

Résultats Semi Auray Vannes 2018 ici

Auray-Vannes, 2842 classés cette année, le plus petit score depuis 1991

Number of Finishers

Year     #Fin
2018     2842
2017     3187
2016     3515
2015     4309
2014     5603
2013     4690
2012     4593
2011     4587
2010     4356
2009     4496
2008     4212
2007     4373
2006     4578
2005     4797
2004     5055
2003     4680
2002     4359 
2001     3884
2000     4140
1999     6378 
1998     5086 
1997     4809 
1996     4732 
1995     4562 
1994     4801 
1993     3663 
1992     3236 
1991     2735
1990     2332 
1989     2147 
1988     1790 
1987     1632 
1986     1725 
1985     1810 
1984     1581
1983     1492 
1982     1120 
1981     1215 
1980     1136 
1979      922 
1978      526 
1977      350 
1976      332 
1975      141 

2 pensées sur “Semi Auray Vannes- plus mauvais chiffre en nombre de participants

  • 10 septembre 2018 à 11 h 48 min
    Permalink

    Je vous livre le commentaire que je viens de poster sur le Facebook d’Auray-Vannes ; il ne s’agit que d’un avis, subjectif …

    Dans le cadre de ma prépa marathon, je me suis finalement inscrit sur Auray-Vannes pour la xème fois, que j’avais pourtant décidé de ne pas faire au début … pour les raisons que je développe après.
    L’organisation est au top, les bénévoles tous formidables, serviables et souriants, il y a du public (beaucoup mois que lors de ma 1ère participation en 2004, lié sans doute à la baisse du nombre de coureurs) qui encourage et galvanise, mais …
    Je n’ai jamais compris pourquoi le départ est donné à 15h, en cette période régulièrement clémente de l’année ; je n’en peux plus de ce ballet d’ambulances, de sirènes, de malaises et brancards à l’arrivée. Peut être certains vont-ils au-delà de leurs limites, mais ne pensez-vous pas que cette distance, à cette heure, sur ce parcours peu plat et sans ombre contribue à tous ces malaises ?
    Auray Vannes est ce qui m’a amené à la course à pied, a été ma 1ère course, et reste le semi où j’ai fait ma meilleure perf. Mais je vais écouter ma motivation, et je vais dire stop ; peut être pas pour toujours, mais pour de longues années certainement ; ma responsabilité est d’y avoir participé trop souvent et me suis peu à peu lassé. Lassé d’avoir trop chaud, lassé de chercher l’ombre, lassé du bitume, lassé de savoir où je vais avoir mal, lassé de voir autant de malaises, lassé d’avoir maintenant la chair de poule quand j’entends les ambulances alors que je devrais l’avoir en franchissant la ligne d’arrivée.

    En conclusion, oui, je recommanderais Auray-Vannes pour quelqu’un qui cherche à faire son 1er semi avec une organisation top et un public génial qui encourage. Ensuite, je suggérerais à cette personne d’aller vers des courses plus intimistes en termes de nombre de participants, plus diverses en termes de paysages et « revetements ».

    Répondre
  • 14 septembre 2018 à 14 h 41 min
    Permalink

    Comme en économie ou l’on dit que les arbres ne montent pas jusqu’au ciel, il est normal qu’une courbe s’inverse à un moment ou à un autre. Auray-Vannes est sans doute victime de la concurence du trail et aussi, plus récemment, du triathlon (ou il n’est pas rare que des épreuves locales soient complètes plusieurs mois à l’avance, ce qui n’était pas le cas il y a 4/5 ans).
    La plupart des coureurs que je connais se sont tournés vers le trail et ne sont plus intéressés par les semis et autres marathons; ou alors un de temps en temps.
    Le semi-marathon et le marathon ne représentent plus non plus les deux « distances stars » obligatoires pour être un Coureur digne de ce nom comme il y a quelques années et les coureurs actuels ont tendance à être dans la surenchêre des distances.
    Après, pour ce qui est de l’heure et de la période, c’est aussi cela la tradition et il n’ y aurait probablement pas le même public si la course se courrait le matin.
    Pour les malaises, y en a-t-il vraiment plus que sur les autres courses? Si oui, n’est-ce pas du à une moins bonne préparation de certains coureurs? Après tout, nombre de courses type trail, triathlons etc, sont organisées l’été et ne présentent pas tant que ça de coureurs faisant des malaises .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *