La Course aux Chausses

 

2480893543_1

  » La Course aux Chausses  »  à Semur-en-Auxois est une des plus anciennes courses à pied au monde.

Semur-en-Auxois est une cité médiévale située dans le département de la Côte d’Or en Bourgogne.

Une chausse, objet de luxe au moyen-âge était une culotte qui couvrait les jambes jusqu’à la ceinture, en tissu ou en laine.

Cette Course aux Chausses (ou Course des Chausses) est née sous l’effet, semble-t-il de l’ordonnance prise en 1369 par Charles V, duc de Bourgogne, dit  » Charles le Sage « , qui condamna les jeux de hasard et encouragea les compétitions sportives plus adaptées pour exercer le corps à la guerre :

 »  Désirant de tout notre cœur le bon état, sûreté et défense de notre royaume, nous interdisons le jeux de dés, de tables, de paume, de quilles, de palet, de soule, de billes et tous autres tels jeux…..Et nous voulons et ordonnons que nosdits sujets prennent et entendent à prendre leurs jeux et ébattements….et fassent leurs dons au mieux tirant leurs fêtes et joie pour ce, si comme bon vous semblera.  « 

Cette course était organisée chaque année au moment de la Pentecôte lors de la foire traditionnelle, même en 1569 malgré la peste. Les chausses et autres prix étaient exposés porte Saivigny afin d’inciter les gens à participer à cette épreuve.

C’était les  » bouatiers  » ou meneurs de bœufs qui offraient une paire de chausses tricotées au vainqueur  » pour attirer le peuple à l’advenir à amener bestial et denrées en marchiet et méliorer la ville « 

C’est en 1566, le 21 août, qu’apparait dans les registres de délibérations de la ville, la première mention de la Course aux Chausses, lorsque les magistrats allouent une modique subvention de 3 livres 13 sols, pour la rendre plus attrayante.

En 1638, plus de 250 ans après la première Course des Chausses, la Comtesse d’Origny, épouse du gouverneur de Semur, assiste au spectacle sous une forte chaleur, elle est horrifiée en voyant les participants fouler les rues pavées  » tout nuds « , (en réalité en habits légers pour être plus libre de leurs mouvements). Elle décide alors que la course se ferait désormais à cheval par des cavaliers portant épée.

La première édition de la plus ancienne course à cheval de France aura lieu l’année suivante en 1639.

course aux chausses 1

Cependant le Course aux Chausses résiste quelque temps. En 1643, le maire et les échevins plaignirent alors ces coureurs à pied qui :  » se jettent au péril de leurs âmes en jeux resentants les forment de l’ancien paganisme  « 

En 1651 la Course aux Chausses est supprimée, seule subsistera la course à cheval qui est dotée de prix : une bague en or, une écharpe et des gants. D’où le nom de Course de la Bague.

D’après Claude Courtépée (1721-1781), prêtre et historien, la course existait du temps de Macer (1530)  »  Comme son trajet d’une demi-lieue, dans le temps des plus grandes chaleurs, faisait quelquefois périr les citoyens auxquels seuls il était permis de disputer le prix, il fut régler qu’on courrait à cheval, et que la carrière serait ouverte aux étrangers.  » (Description générale et particulière du Duché de Bourgogne). D’où l’expression course à pied, qui depuis des siècles la distingue de course à cheval, les deux formes ayant coexisté sous la forme de course(s).

Après un long sommeil, et surfant sur le renouveau de la course à pied populaire des années 70, la Course des Chausses ressuscitera en 1978, elle est actuellement la troisième plus ancienne course à pied au monde après le Palio del Drapo Verde à Vérone en Italie et la Red Hose Run à Carnwath en Écosse dont le premier prix est également une paire de  » chausses « .

A Semur, les coureurs prennent le départ place Notre-Dame vêtus de tuniques rouge et jaune pour les dames, couleurs de la Bourgogne, et pour les hommes bleu et blanc, couleurs du roi.

Les hommes désignés comme les Chausses ou les Damoiseaux et les femmes les Damoiselles, doivent parcourir 4,145 km en quatre boucles autour de la collégiale et les ruelles pavées, ce qui n’apparaît pas comme infaisable, mais le circuit en forme de montagnes russes et la répétition des passages devant le public, qui induisent des accélérations des participants, en font un véritable spectacle et aussi une épreuve    » infernale  » pour les coureurs.

Pour gagner, il faut toucher la paire de chausses qui pend devant le parvis de la collégiale Le vainqueur de nos jours gagne non pas une paire de chausses mais un collier en argent.

Pour les plus jeunes dès 6 ans il est possible de courir pour les Chausses sur un parcours entre 2 et 3 km.

Réservée au début aux habitants de Semur-en-Auxois puis aux licenciés des club locaux, cette compétition est ouverte à tous depuis 2011.

la-course-des-damoiselles-et-des-chausses-photo-christelle-pommeret-1464517441

la-course-des-damoiselles-et-des-chausses-photo-christelle-pommeret-1464517863la-course-des-jouvenceaux-6-9-ans-chez-les-garcons-photo-christelle-pommeret-1464515792

la-course-des-jouvenceaux-10-12-ans-chez-les-filles-photo-christelle-pommeret-1464516672

L’édition 2016 s’est déroulée sous la pluie

Photos Christelle Pommeret, Le Bien Public.

images

« Les citoiens de Semur sont gens paisibles, doux et débonnaires, et qui se plaisent fort en l’acointance des estrangers… »

SONY DSC

Sources :

Carole Chaumet, Maison des Associations Semur-en-Auxois

La Saga des Pedestrians, Tome 1, Noël Tamini

A.R.R.S : http://www.arrs.net/HP_SemurEnAuxois4K.htm

Thierry Lefeuvre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *