Ludovic Guillo, coureur et sommelier

img_0050-001 img_0049

Zoom aujourd’hui sur Ludovic Guillo, adhérent à la T3team. A 34 ans ce sportif est fier d’être un vrai routard, et détient un métier qui en fait rêver plus d’un, sommelier !

Licencié au Trégueux Athlétisme, Ludovic parle toujours de son asso de Trédaniel en premier car pour lui le running est une affaire de copains, de partage comme le vin d’ailleurs.
 Je cours un peu plus depuis que je pédale un peu moins *:)) Marrant ; moi qui vient du cyclisme, après avoir signé ma licence en 1ère catégorie en 2011, je me heurte à l’incapacité de pouvoir participer aux compétitions ( longs déplacements) et de me rendre à mon service du soir! De là j’ai commencé à participer aux épreuves hors stades.

Pourquoi pas de grand trail breton Ludovic ?

 Le fait de progresser et de commencer à m’imposer sur des épreuves natures aurait pu ou dû m’inviter à faire des grands trails effectivement. Cependant le chemin du progrès est passé par « je développe ma foulées, ma vélocité » c’est à dire des épreuves courtes genre cross ou épreuve routière et je m’y suis pris au jeu !

Je pense  que le trail est une super façon de courir; ludique, moins violent, accessible ( pas besoin de licence), populaire à force, convivial.

 En revanche les longs formats deviennent très exigeants, ça devient de la vraie compétition avec des challenges répartis sur un enchaînement d’épreuves qui demande  une assiduité sur de longues périodes. Prendre part à une épreuve style UTMB, raids des Pyrénées ou même une épreuve OTT en Bretagne ne s’improvise pas ! Etre « finisher » démontre un grand courage et des sacrifices réalisables même avec une faible VMA que courir à près de 20 km/h même sur une courte distance devient impossible. Pour ma part ces épreuves qui me font rêver ne semblent pas encore à ma portée, j’avoue que briller sur une belle épreuve style OTT ne me déplairais pas.

Tu t’entraines comment ?

 Tout comme lorsque j’évoluais en cyclisme, de part mes horaires décalées je me suis toujours quasiment entraîné seul, bien que j’adore le partage et que je ne suis pas avare de conseils ou d’échanges.
 La régularité de mes sorties ce fait en fonction de mon planning ça va de 4 à 6 fois maxi, j’essai de privilégier le nombre de sorties à leur durée, en somme je préfère faire une sortie courte mais tonique quand un traileur préfère une sortie plus longue avec de la résistance.

Tu fais un métier bien spécial …

 Je suis dans le milieu de la sommellerie depuis 12 ans j’ai commencé comme caviste, avant d’embrasser la carrière de sommelier. Le métier de caviste consiste à gérer un magasin de vin en faisant découvrir de jolies petits crus à la clientèle, le sommelier lui fait tomber le tablier pour le costume *:D La banane ! et pratique dans un restaurant, il propose également des vins en fonction des exigences gustatives ou en associations culinaires…
 Le vin demeure un bonne élément tant pour le sportif que pour n’importe quelle personne qui aime ce faire plaisir, partager, discuter, rigoler, charmer…*:)) Marrant avec modération toujours les bonnes choses.
 De plus outre l’aspect mental un bon vin tannique source de polyphénoles et d’anthocyanes (ce sont des antioxydants) est bon pour le système cardiovasculaire!

Quelques souvenirs sympas ?

 De bons souvenirs de dégustations j’en ai plusieurs; déjà avoir le vin correspondant au contexte ambiant contribue à la création de bons souvenirs mais si il faut parler d’un souvenir marquant, je mentionnerais  » le bois des merveilles », il s’agit d’une cuvée en AOP Minervois issu de la viticulture biodynamique, je l’avais accordé avec une noisette d’agneau et son « tian de légumes du soleil » . Cet accord met et vin que j’ai présenté lors de mon examen m’ a valu la meilleure note de ma promo! Cette cuvée n’y était pas pour rien je pense.
 
 Ma cave perso est secrète ..!! enfin peu de mes amis me posent la question mais pour continuer sur du rêve j’aimerais une cave enterré voutée…afin de pouvoir stocker, ce qui n’est pas le cas. On me demande plutôt quel est mon vin préféré! Là je répond que je n’ai pas un vin préféré mais un pour chaque situation, tout dépend du contexte et des personnes qui nous accompagnent.

Une envie de coacher ?

 Pour les personnes qui un jour pourrait être intéressées par des conseils, je vais essayé de développer une activité de gestion de l’entrainement pour des personnes souhaitant être accompagnées désireuses de pouvoir allier vie courante et progression (voir compte Facebook de Ludovic).
Salutations sportives en bonne année 2017 à toutes et à tous !!
2066_1483781615245

Une pensée sur “Ludovic Guillo, coureur et sommelier

  • 10 janvier 2017 à 20 h 34 min
    Permalink

    coucou Christophe,
    et merci pour ton super article, je suis fière d’inaugurer ton nouveau site qui aura du succès j’en suis persuadé. C’est cool en plus maintenant je sais écrire le mot avare PTDR!!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *